Developpement cognitif selon piaget

De la naissance à 3 ans

II développement au cours des 3 premières années.

21 développement cognitif

Jean piaget, épistémologue étudie le développement de la connaissance humaine. L’organisme vivant s’adapte à l’environnement, comment la connaissance se construit elle a cette fin ? Toujours dans la continuité de la biologie, piaget considère l’enfant comme un sujet neuf, peu influencé par la culture ou. Il effectue des observations systématiques de ses propres enfant (carnets de bords quotidiens) et propose des résolutions de problème. Il soutient qu’il faut laisser l’enfant découvrir les choses par lui-même. Paul harris, ayant rencontré piaget en suisse, raconte une anecdote sympathique. Piaget observant Lucienne tourner sur elle-même puis lui disant « papa pourquoi ya tout qui tourne autour de moi » piaget aurait demandé « qu’est ce que tu en penses ? » et la petite de répondre « bah tu me le demandes toujours ».

Piaget développe ensuite sa méthode clinique piagetienne ou méthode d’exploration clinique en 1926, qui est toujours utilisée par le cliniciens. Il s’agit de mettre l’enfant face à des petits problèmes et observer ses réactions et réponses. Les enfants sont aussi soumis à des contres suggestions pour tester leur confiance en leur réponse, ce en critiquant son point de vue ou en proposant une réponse différente.

Piaget considère l’enfant comme un sujet neuf dont la connaissance se construit au cours d’échanges avec son environnement, en particulier l’environnement physique. Il traite l’enfant comme un petit physicien qui élabore des connaissances sur un modèle hiérarchique, et structurant et progressant sur la base des connaissance antérieures. Piaget a emprunté la notion d’adaptation à l’environnement à la biologie. Le modèle hiérarchique se base sur un va et viens continu entre toute vie, par assimilation (intégration d’un élément extérieur à lui-même) et accommodation (modification de l’organisation interne en fonction des éléments du milieu).

Piaget met au point la notion de schème. (par exemple schème de succion ou de préhension) il s’agit de la structure d’une action ou canevas qui se conserve au cours de ses répétitions, se consolide par l’exercice et s’applique à des situations nouvelles. Elle permet d’atteindre des points d’équilibres instable, l’équilibre n’étant jamais parfaitement atteint. Cette recherche de l’équilibre est qualifiée d’équilibration par piaget, qui se traduit à la fois dans la régularité des expériences de cette personne et les perturbations qui vont entrainer un certain déséquilibre : la recherche perpétuelle d’équilibre dans les échanges entre l’enfant et le milieu.

Piaget découpe le développement de l’enfant en différents stades qui correspondent à un âge approximatif, qui peut varier. Ce qui ne varie pas par contre c’est l’ordre des stades et des acquisitions qui y correspondent.

Le premier stade est le stade sensori moteur jusqu’à 18mois /2 ans. Au cours de ce stade, bébé acquiert la permanence de l’objet (il existe même lorsqu’il est caché). A ce stade l’intelligence humaine est pratique et liée à l’action, il doit encore développer la capacité de représentation mentale et l’intériorisation des actions.

De 2 à 11/12 ans, l’enfant acquiert les conservations et prépare et met en place les opérations concrètes. Ce stade se décompose en stade préopératoire entre 2 et 7 ans, et le stade opératoire concret entre 7 et 12 ans à peu près. Le stade préopératoire consiste en l’acquisition de la représentation mentale pour figurer l’absent. Ceci se fait à travers 5 fonctions : l’image mentale, le dessin, l’imitation différée, le jeu symbolique. Le stade opératoire concret se présente lorsque l’action est intériorisée, et devient réversible et constituée en groupements. L’enfant devient capable de résoudre des problèmes en résonnant sur du concret.

A partir de 11-12 ans et jusqu'à 16 ans, l’enfant développe sa capacité à réaliser des opérations abstraites, à partir d’hypothèses, il acquiert donc le raisonnement hypothético-déductif.

L’intelligence pratique intervient dans la résolution de problèmes liés à l’action. Ce premier stade mène des réflexes à la représentation. Il est composé de 5 sous stades.

Premier mois : bébé fait l’exercice de ses réflexes (assimilation fonctionnelle et généralisatrice, pas d’accommodation). Le montage héréditaire est fonctionnel à la naissance et nécessite pour l’adaptation à la réalité extérieure d’un certain exercice humain. La conservation se fait en fonctionnent, et la généralisation d’un acte donné comme la succion pour se nourrir et pour découvrir le monde.

De 2 à 4 mois, c’est le stade des réactions circulaires primaires et des premières conduites d’accommodation : l’exercice fonctionnel aboutit au maintient ou la redécouverte d’un résultat nouveau et intéressant. Le hasard est pour beaucoup dans ces comportements, par exemple, l’enfant va mettre par hasard le doigt dans sa bouche puis va expérimenter avec la possibilité de sucer son pouce en enlevant et remettant son doigt de sa bouche. Cette réaction circulaire se produit sur son propre corps.

De 4 mois et demi à 8/9 mois, c’est e stade des réactions circulaires secondaires, l’évènement étant centré sur un objet et non plus sur son corps, cela nécéssite une première coordination de la vision et de la préhension, puisque les sens ne sont pas liés dès le départ selon piaget. Bébé commence à différencier but et moyen et découvre la relation de cause à effet.

Le quatrième stade est la coordination de schèmes secondaires et leur application à des situations nouvelles, et la reconnaissance d’indice (la soupe est servie dans un bol, le jus dans un verre donc il est possible de distinguer ce qu’il y a dans une cuillère au bruit qu’elle fait contre le bol ou le verre. Le signifiant est ici une partie du signifié, l’enfant devient aussi capable d’enlever des obstacles situés entre lui et un objet si une partie de celui-ci est visible. Ce stade prend place entre le 8 et 12eme mois.

A partir de 12 mois et jusqu'à 18 mois, apparaît la réaction circulaire tertiaire, il s’agit d’une expérimentation active de l’enfant sur son environnement pour répondre à ses questionnements, par exemple, tous les objets du bain éclaboussent ils autant les uns que les autres ? il apprend aussi la conduite du support et est ainsi capable d’attirer un verre à lui en tirant sur la nappe. Et d’utiliser des intermédiaires comme des ficelles etc pour arriver à ses fins.

Enfin dernier stade, prenant place de 18 à 24 mois, bébé invente des moyens nouveaux par combinaison mentale, on notera un insight précédé de mimiques, par exemple pour ouvrir une boite d’alumettes entrebâillée contenant un bonbon. L’enfant tente de passer ses doigts dans le trou, puis va mimer l’ouverture de la boite avec sa bouche avant de faire coulisser directement la boite dans son « couvercle ».


La construction de l’objet

Objet : chose conçue comme permanentes, substantielles, extérieures au moi et persévérant dans l’être lorsqu’elles n’affectent pas directement les perceptions. L’objet existe toujours même si on ne le voit plus, cette idée met 2 ans à e développer chez l’enfant. Ay cours des deux premiers sous stades du développement l’enfant (voir développement cognitif entre 0 et 3 ans selon Piaget) ne réagit pas du tout a la perte d’objets. Au sous stade 3, les premières accommodations visuelles au mouvement rapide se font, et l’enfant cherche un objet en cas de préhension interrompue : il cherche de la main un objet qu’il tenait avant mais a glissé de sa main sans le voir. Il est aussi capable de réaction circulaire différée, il peut donc reprendre une activité après avoir été interrompu. L’enfant est aussi capable de reconstituer des fractions invisibles d’un objet a partir de fractions visibles et pourra supprimer les obstacles empêchant la perception de l’objet, par contre il ne cherche pas l’objet s’il n’a pas été en contact avec lui auparavant.

Au cours du quatrième sous stade, l’enfant recherche activement les objets disparus mais il ne tient pas compte de ses déplacements visibles (erreur a non b).

Au sous stade 5 il est capable de prendre en compte des déplacements visibles de l’objet, mais pas des déplacements invisibles. Il cherchera un objet donc directement en B.

Au sixième sous stade, l’objet est devenu permanent, cela vaut pour des objets autant que pour des personnes ou évènements. Il cherchera un objet même s’il n’a pas vu le troisième déplacement invisible (dans l’exemple avec cas a b c utilisé ci dessus).

Critiques de la théorie de piaget.

Dans les années 80 on a commencé à étudier les compétences précoces du bébé et on s’est aperçu qu’il arrive très tôt à mettre en relation le différents sens, les transferts intermodaux ne sont donc pas acquis tardivement, contrairement à ce que disait piaget. La permanence de l’objet aussi est comprise bien plus tôt que ce qui est décrit par Piaget, dès quelques mois. Par contre la méthode qui conduit a ces affirmations est contestée de part la grande part prise par les interprétations et l’inférence des comportements du bébé sur a compréhension du monde.

L’imitation enfin n’est pas limitée aux 8 et 12 mois de la vie selon Piaget, puisqu’on observe des imitations néonatales pourvu que le stimulus soit présenté assez longtemps au bébé (par exemple, un bébé peut tirer la langue, mais il faut lui montrer l’exemple pendant une bonne minute.)

Les méthodologies employées sont responsables des résultats différents trouvés. En effet piaget ne prenait en compte que la recherche motrice de l’objet alors que les recherches récentes se basent sur le paradigme de la réaction à la nouveauté, qui ne requiert pas de manipulation ou d’engagement corporel au bébé.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

merci beaucoup

Anonyme a dit…

merci..tes cours sont clairs.

Bonnes révisions à tous!